NOWHERE TO RUN Par CheriBibi, le 17 mai 2012

L’autre jour, un type très informé m’a dit qu’y fallait alimenter not’ blog plus souvent, « entretenir le buzz » pire qu’une guêpe aveugle devant une fenêtre fermée.
Sauf qu’y’a pas d’actualité Chéribibesque à balancer. Nada. Calme plat. Alors j’ai été voir comment font les autres, les bloggeurs professionnels…
Vu qu’sous divers prétextes pour entretenir et meubler leur existence virtuelle, ils racontent tous leur vie, pourquoi n’pas raconter nos survies ? Après tout, c’est sûrement aussi inintéressant : j’m’ai levé à matin, ai réchauffé le thé au riz élaboré la veille, fais mes exercices et ma toilette, enfilé liquette, jeans, brogues et Harrington pis suis sorti clope au bec dans la cour extérieure de ma prison, soit un périmètre d’1 Km2 où je tourne en rond depuis bientôt 38 piges. Crèche, maternelle, primaire, collège, boulot, chômedu, j’y ai tout fait tout comme y faut (ou à peu près) sans que le juge d’application des peines censé siéger là-haut dans le mirador céleste n’abrège la mienne. Oh, y’a des avantages, tout l’confort moderne… Un Village certes plus sympathique que celui de Patrick « N°6 » Mc Gohan, mais d’où il est aussi impossible de s’échapper. En tout cas, toutes mes tentatives ont foirés. Pis comme l’écrivait George Maxwell (cf l’Chéri n°5), « La belle se joue à deux »… et faut croire qu’aucune visite au parloir ne m’apportera lime et touche d’espoir.

La tête dans les nuages issus des cheminées de l’usine d’incinération d’ordures, j’ai marché quelques mètres hors de ma cité quand a surgit le premier zombi. J’y ai éclaté la tête d’un coup de clef à molette avec la force de l’habitude. Mais deux autres étaient planqués derrière un panneau électoral aux portraits déchiquetés. Ils avaient vraiment de sales tronches (les zombis, quoique les wanna-be-presidents aussi), notamment un encravaté qui aurait mieux fait de buter son coiffeur avant de clamser. Le premier a déchiré mon zomblou à coup de griffes, le second s’est pris un coup de saton dans les parties… Pas très efficace, j’étais mal barré. J’ai tenté une esquive entre deux carcasses calcinées mais ces lascars décomposés m’ont pas lâché. Sûrement d’anciens huissiers. L’un s’est retrouvé avec ma clef à molette dans la gueule, coincée entre sa mâchoire démantibulée et l’arrière de son crâne défoncé, mais l’autre m’a fait chuter, à présent désarmé. Il se jetait sur ma gorge quand sa cervelle putréfiée a giclé en même temps que résonnait une déflagration assourdissante. Me relevant, j’ai vu arriver Don Blades et le reste de la Trime Team dans le fourgon blindé aux armes de notre association. Bordel aqueux, il était moins une !
D’autres zombis sortant de la supérette bio à proximité, j’ai embarqué et on s’est calté, écrasant au passage une grosse zombie occupée à dévorer son gosse mort-né hors des passages cloutés. S’agissait d’pas traîner, on avait encore un paquet de ChériBibi explosifs à dégoupiller pour ravitailler les derniers foyers de résistance…

Quoi ? J’raconte que des conneries ? Y’a pas d’supérette bio en banlieue pis les zombis ça existe pas ? Tu prends jamais l’métro aux heures de pointe mon gars !

2 commentaires | Ajoutez le vôtre

  1. tonio - 3/06/2012 à 12:40

    cherizombi,

    Agréable balade printanière savouré un dimanche matin non loin du desert virtuel, qui, grace au pollen propagé dans nos sinus dégomme avec joie et bonne humeur champètre les allérgies.

    bien à vous et bon café,

    atchoum

  2. Guille - 22/06/2012 à 17:06

    Entre le Goon et Gérard Lambert !
    Joli mix de culture populaire l’ami !

Laisser un commentaire

Nom:
E-Mail:
Site:
Commentaire:
Validation:

Chéribibeat

Télécharger le lecteur Flash pour lire le jukebox.

Numéros parus

La couverture du ChériBibi n°1
La couverture du ChériBibi n°2
La couverture du ChériBibi n°3
La couverture du ChériBibi n°4
La couverture du ChériBibi n°5
La couverture du ChériBibi n°6
La couverture du ChériBibi n°7
La couverture du ChériBibi n°8
La couverture du ChériBibi n°9
La couverture du ChériBibi n°10
La couverture du ChériBibi n°11

Commentaires récents

  • Moussier Abdulcisse de Mattazz le 11 octobre 2020 sur Haute couture populaire: De bien belles chaussettes
  • Maria le 26 septembre 2020 sur IN LOVING MEMORY: Bonjour. J’ai rencontré Laurent en Nouvelle Zélande il y a de nombreuses années… Il est mort? Je n’arrive pas à…
  • Bastien le 11 mai 2020 sur Ère d’autoroute: Salut la fine équipe, pour ajouter égoïstement à la morosité et à la rage du dernier article sur le confinement,…
  • CheriBibi le 18 janvier 2020 sur Ère d’autoroute: Joyeuse année itou Hélène ! Eh bien… je vais vérifier mais normalement tous les envois sont à jour. Si tu…
  • Lna loupita le 03 janvier 2020 sur Ère d’autoroute: Yep M. Chéribibi, Bon je crois que quand on écrit un message un 03 janvier on commence à souhaiter la…
  • Laurent Pierronnet le 24 novembre 2019 sur ROUGH & TOUGH: Bonjour, en ce qui concerne les mouvements collectif de contestation sous les confettis de nos amis de la maréchaussée de…

Rester au jus

Chercher

Archives

La Trime Team

  • APEIS
  • Boris Semeniako
  • Catch the Beat
  • Dans l'Herbe Tendre
  • Fano Loco
  • Fatalitas !
  • Foxy Bronx
  • Gérard Paris Clavel
  • Gil
  • La Pétroleuse
  • Le Moine Bleu
  • Les Ames d'Atala
  • London 69
  • Meantime
  • Mister Alban
  • Muller Fokker
  • Ne Pas Plier
  • Pizzattack Créations
  • Shîrîn
  • Une Vie Pour Rien ?

Contacts

Association ON Y VA
BP 60 017
94201 Ivry sur Seine cedex

ten.ibibirehc@tcatnoc ou moc.liamg@avyno.ossa

Connexion