La fureur mortelle des enragés du karaté dans les griffes d’acier de l’implacable vengeance invincible du Chéribibi III (printemps de Pékin 2008)

La couverture du ChériBibi n°3
La bannière de promotion de la sortie du Chéribibi n°3

CHÉRIBIBEAT (musique populaire)

Page 4: Causerie avec The Adicts
Le clockwork punk sort son joker
Page 20: Reggaemotion
Reggae Karaté Enter the Shaolin reggae
Page 38: Chanson Populaire: La Java des Bons Enfants
Guy Debord et Émile Henry font bouillir la marmite !
Page 40: Causerie avec Sarah Savoy & Les Francadiens
P’tit vin cajun, gastronomie rockabilly et tête à tête avec la cuisinière
Page 48: Mondo Punk: Tian An Men 89 Records
De la Chine à l’Iran dans les sillons de l’Indiana Jones du punk internationaliste
Page 64: Chroniques disques, skeuds, galettes chouettes
Page 69: Causerie avec Rico Rodriguez
Faute d’argent, voilà du cuivre !
Page 75: Du Son Des Oubliettes: Peeni Waali
Le 33 tours m’agique
Page 76: Causerie avec Eddie «Tan Tan» Thornton qui trompette à tout va

CHÉRIBIBIS (cinéma populaire)

Page 24: Kung-Fu & Praxis Révolutionnaire
La preuve est faite: Bruce lit Marx et Jackie chante l’Internationale
Page 46: Bobines Chéries: Les Gaspards / Themroc
Hommes des cavernes modernes tout un (double) programme!

THÉÂTRE POPULAIRE

Page 12: Causerie avec La Compagnie Jolie Môme
Jouez sans entraves!

CHÉRIBIBLI (BD & littérature populaire)

Pages 4 et 89: Verminax, le gredin de l’ombre
Notre grand feuilleton BD à suivre par Tôma
Pages 9, 22 et 65: Sadia’n’Mazoch
Le couple krarie des Krokaga
Page 32: Alban l’éléphant assure sa défense
Page 67: Bébert l’as du hold-up
Les fachos ont Spaggiari, nous on a Bébert!
Page 78: Les Hérauts Du Peuple Sont Immortels
Eugène Sue & les mystères de Paris
Page 80: Chérie Noire: Nuit tranquille Place Clichy suivi de Vive Tito!
Deux nouvelles aussi courtes qu’inédites de Thierry «Cochran » Pelletier
Page 84: Chroniques bouquinzines

Le tout pour 5 euros, éventuels frais de ports compris

Le tract du ChériBibi number 3

REVUE DE PRESSE

(Willem dans CHARLIE HEBDO)

(BIG SHOT n°5)

(UP THE ZINES! N°7)

(LA FAUTE À QUI ? n°9)

(ROTTEN EGGS SMELL TERRIBLE n°19)

(APATRIDE n°11)

(LA ST-REMY n°15)

(NUM-R-IK n°3.0)

Je réitère ce que j’ai toujours dit sur Chéribibi: il s’agit d’un magazine essentiel sur la culture populaire. Cette fois-ci nous avons droit à des entrevues avec, entre autres, The Adicts, Rico Rodriguez, Sarah Savoy et les Francadiens, Tien An Men 89 Records et La Compagnie Jolie Môme. La chronique cinéma aborde le thème du Kung-Fu et de la praxis révolutionnaire ou quand Bruce lit Marx et Jackie chante l’internationale, texte hilarant et d’une importance Kapital pour quiconque s’intéresse aux jaunes qui voient rouge. Nous retrouvons aussi deux trop courtes nouvelles inédites de Thierry Pelletier. Des heures de lectures significatives et signifiantes. Comme toujours, j’ai adoré. Ma citation préférée de ce numéro revient à la Jolie Môme: « Tant que dans le monde, 20% de la population détiendra 80% des richesses, on ne lâchera pas ce drapeau. » En parlant du rouge, bien sûr.
(CASSE SOCIALE n°3)

Les droogies des Adicts sont en interview dans le dernier Chéribibi, y’a aussi la troupe de théâtre La Compagnie Jolie Môme « Ne te trompe pas de colère et méfie-toi des milliardaires », le trompettiste Rico Rodriguez, Sarah Savoy qui nous parle de sa région aujourd’hui comprise dans le Québec, l’Acadie et de la musique qui va avec, le cajun. Aujourd’hui plus très présente exceptée en Louisiane où elle a ses racines. En Suisse dans le style on a les Mama Rosin chroniqué dans ce numéro, va jeter une oreille Daniel ! Le clou de ce zine est certainement l’interview du globe-trotter punk qui s’occupe du label Tien An Men 89 Records. Il produit des disques dans des pays où beaucoup ignorent la présence du punk. Arménie, Thaïlande, Malaisie, Turquie, Indonésie, Géorgie, Biélorussie, Népal, Kazakhstan, Pakistan et j’en passe. Le gaillard est allé dans tous ces pays, parfois sans visa et en temps de guerre, il a fait mille rencontres et a mille anecdotes à raconter… ne passez pas à côté de cet interview ! Le gros du zine c’est l’article consacré au kung-fu ! J’ai jamais été un grand fan de ce genre de cinéma mais j’y ai appris plein de trucs genre la dimension politique qu’il y a dans ce style, kung-fu + lutte de classes = paf dans ta gueule ! Voilà le Chéribibi c’est populaire, varié et passionné.
(GÉRONIMO n°3)

Bon alors mon gros problème avec Chéribibi c’est que j’arrive jamais à finir les dossiers, je fais des efforts incroyables pour me retrouver à la moitié et après je craque. Trop de références musicales, de noms de personnes entendus pour la première fois s’additionnent jusqu’à former une bouilli informe dans ma tête, d’où je ne tire strictement rien… Mais promis je laisse pas tomber. Ainsi le dossier sur le Reggae Karaté et le Kung fu restent des défis à relever pour moi, ma culture n’étant que trop superficielle à ce sujet, je les laisse aux passionés. L’interview du label Tien An Men 89 est une putain de mine d’information, qui sort vraiment des sentiers battus. Incroyable le vécu du bonhomme, et quelle chance de pouvoir le partager surtout. Les causeries avec Rico Rodriguez, Eddie Thornton et les Adicts sont bien branlés, comme d’habitude aucune question n’est posée au hasard et ça déborde de référence. Quelques BD ainsi que les nouvelles de Cochran viennent égayer l’ensemble d’un ton plus léger. Par contre j’étais persuadée qu’il y avait une erreur d’impression, qu’il manquait une page tellement elles finissaient abruptement. Frustrant…
(NUAGES SANS HORIZON n°1)

L’avantage quand on met autant de temps à sortir un numéro c’est qu’on a plus de choses à chroniquer. Là, on a tellement tiré sur la corde que le chéribib’ nous est passé devant. Un peu pressé de le lire, pour vous en parler pis surtout parce que j’aime bien ce mag’, je crois que c’est celui sur les 3 que j’ai lu le plus vite. Au menu ce soir : une petite interview des Adicts lors de leur passage parisien l’été dernier, du cuivre avec Rico Rodriguez et Eddy « Yeah Yeah » Thornton, du dépaysement géographique avec le label Tian An Men 89 –trop intéressant !-, et musical avec l’interview d’une chanteuse d’un groupe Cajun. Rajoutez à cela les deux nouvelles de Thierry « Cochran » Pelletier, géniales mais trop courtes, la Cie de théâtre et d’interventions Jolie Môme, et vous en avez pour votre grade. Et pour finir, je m’en vais faire la technique de l’Homme ivre, histoire de bien maitriser le gros dossier Kung-fu et Reggae et Karaté. Mais ça pour savoir si c’est bien, faudra que vous alliez l’acheter parce que j’aurais pas le temps d’en parler. Dispo partout et quelque part mais aussi par correspondance chez ON Y VA BP17 94201 Ivry sur Seine.
(MAUVAISE n°2)

Toujours et encore un fanzine très bien foutu au niveau de la mise en forme, imprimé, en couleurs et couverture en papier glacé. C’est très ecclét, echletik, arghh !!! éclectique. Ca va de l’interview de Adicts, à celui de Rico Rodriguez, Sarah Savoy & Les Acadiens en passant par le théâtre populaire. J’ai halluciné sur l’interview de Tian An Men 89 Records, un type qui parcours le monde (il fait partie d’une ONG), trouve des groupes punks dans les coins les plus reculés du monde : Iran, Chine, Cuba, Chine, Union Soviétique et les enregistre pour faire des 45 tours… trucs de dingues je vous dis. Motivé le gars !!! Plein de chroniques, de dessins, et d’articles divers. A avoir pour tous les gens ouverts d’esprits (moi j’ai lâché quelques trucs trop intello/populo pour moi), en tout cas j’essaierai de capter le prochain et je le lirai avec plaisir.
(LA SALAMANDRE EST UNE ROCKEUSE n°2)

3ème mouture du zine de culture populaire  et encore une fois l’équipe tape juste et fort. Résumer le sommaire relevant de l’exploit tellement il est riche et fournit, je me contenterai d’applaudir des deux mains le superbe boulot effectué, car question culture, on en apprend effectivement à chaque page. Musique, théâtre, littérature ou cinéma, on est ici en face d’une vraie mine inépuisable d’informations qui donne incontestablement  envie d’aller fouiller pour dénicher les pépites dont Chéri bibi nous parle. Lecture plus que hautement recommandée, ainsi que l’abonnement d’ailleurs, tant il est indiscutable qu’il faut soutenir ce fanzine.
(BREST LA ROUGE n°1)

Attention ! Numéro à feuilleter en sirotant un petit rhum coco-muniste ou deux… De bonnes, de très bonnes causeries avec le groupe de punks The Adicts ou le très grand Rico Rodriguez ou encore le trompettiste Eddie « tan tan » Thornton. Une iconographie agréable et riches donne un bon peps aux articles et autres chériblahblah. On peut y croiser nos ami(e)es de la compagnie Jolie Môme. On peut y guincher et manger avec l’amie acadienne Sarah Savoy et les francadiens. Arrive ensuite un dossier étonnant qui explose le kung-fu avec son fu-kung et son reggae karaté. De l’exotisme, du voyage, des surprises et du bon rock’n’roll pour un peu moins de rires qu’à son habitude mais là pour le coup y’en a vraiment pour tous les gouts. Encore un très bon zine qui fouille partout où bon lui semble et qui fait de bonne propositions de bouquins, zines et disques (à part un album que je qualifierais d’escroquerie ou d’arnaque musicale mais bon ce n’est que mon avis…). Chéribibi est de mieux en mieux, ne changez plus rien !!
(http://tulamort.propagande.org)

Des quatre numéros actuellement disponibles le troisième est sans doute celui qui offre aux lecteurs de k-libre la matière noire sinon la plus dense du moins la plus évidente à repérer. Avant même que de s’aventurer dans l’hénaurme dossier de la rubrique « Reggaemotion » – pas moins de 17 pages UHD (Ultra Haute Densité) – où se nichent sans aucun doute quelques bons vieux films noirs assimilés polars relevés au Chi-yi (le « Kiai » chinois), on lira la double page consacrée à La Java des Bons-Enfants qui, à partir de la chanson écrite par Guy Debord, remonte à sa source historique : une bombe anarchiste déposée dans le commissariat de la rue des Bons-Enfants en 1892. Puis un peu plus loin l’article montrant comment l’œuvre la plus connue d’Eugène Sue,Les Mystères de Paris, est devenue une sorte d’archétype du « Roman Populaire » (les capitales sont chéribibines – NdR).
Tandis que Thierry Pelletier offre deux très courtes nouvelles dans la « Chérie Noire », la « Chéribibli », elle, regorge de polars aux tonalités diverses : Éléphants de la patrie de Jimmy Gladiator (Libertalia) – « Hommage avoué aux exploits de Fantômas ou Jules Bonnot… » nous dit DPC ; L’Anarchiste de Chicago de Jurgen Alberts (Série Noire Gallimard) ; Les Aventures extraordinaires de Laplume et Goudron – Du rôle éminemment social du cambrioleur de Claire Auzias (éditions Libertaire) ; Jeunes femmes rouges toujours plus belles de Frédéric Fajardie – « paru il y a 20 piges, et réédité (et épuisé) à maintes reprises », nous apprend Mathias, démontrant par là combien la rédaction du ChériBibi marche davantage au coup de cœur qu’au feu de l’actu… ; La Reine du Technicolor de Jean-Pierre Enard (Finitude) ; côté graphique, on ajoutera l’album collectif Tous coupables ! (publié par « un regroupement d’éditeurs indépendants », scripsit DPC), qui propose un florilège de dessins porcins caricaturant les représentants de l’ordre – la flicaille, quoi…
Pendant ce temps, Nick Partner, le détective gentleman, est toujours aux trousses de l’ignoble Verminax !
I.Roche/k-libre (www.k-libre.fr)

J’ai récupéré le numéro 3 de Cheribibi (qui date du printemps) que j’ai commencé et qui est, comme d’habitude, fabuleux, avec notamment un dossier « reggae et culture ciné kung-fu » ainsi qu’un autre sur les films kung-fu et la lutte des classes (les premiers films de kung-fu ayant été doublés par des situs). Une interview de Rico Rodriguez, de The Adicts et de la compagnie de théâtre Jolie Môme ainsi que plein d’aut’ trucs ‘achement bien ! 92 pages presque A4 presque en quadri pour 5 zorros dans toutes les bonnes librairies.
(www.lagalette.fr)

Au sommaire de ce CHERIBIBI N°3 spécial kung-fu (fanzine N&B A4/Couv’ couleurs/90 pages), un dossier de 14 pages sur « Kung-fu & praxis révolutionnaire » évoquant la lutte des classes dans les films de Hong-Kong, la rubrique Reggaemotion se penche sur les rapports entre reggae et arts martiaux et la rubrique Bobines Chéries présente un double programme LES GASPARDS/THEMROC, un entretien avec la compagnie JOLIE MOME et plein d’autres bonnes choses !
(www.lesfilmsdelagorgone.fr) 

Chéribibi est une revue-fanzine avec des couvertures criardes en quadrichromie, entre des affiches de films de Bollywood et des jaquettes de films de kung-fu de René Château vidéo! Prenez un shaker, faites un mélange, sans doute génétiquement modifié du reste, entre situationnisme, punk, culture skin, reggae, rockabilly, théâtre, B.D et vous obtiendrez Chéribibi ; une revue révolutionnaire de culture populaire faite avec amour, humour et finesse,  en  somme  un  vrai  régal! Le n° 1, dont l’ours nous informe que tous les droits sont réservés (y compris…l’URSS !) explique la genèse du titre Chéribibi : un hommage au bagnard de Gaston Leroux. On y parlera de cinéma jamaïcain, d’un acteur tatoué faisant spectacle de son corps, du Ministère des affaires populaires et ses aventures dans le nord. Un rapide article sur le titre « Guns of Brixton » des Clash est également à signaler et tant d’autres choses lisibles avec joie. Le n° 2 (droits réservés pour l’URSS, toujours et Monaco!) poursuit les aventures dessinées de Verminax, s’attache à l’historique du groupe punk 100% féminin The Slits (les « fentes » pour ceux qui chercheraient la traduction) qui de 1977 à aujourd’hui mettent la scène sens dessus dessous, présente un film tamoul « qui démoule » où l’héroïne se bat contre les injustices commises sur la peuplade dalit et fait passer n’importe quel psychopathe hollywoodien pour une aide- ménagère. On trouvera aussi une étude sur le personnage de Chéribibi dans l’oeuvre de Gaston Leroux (c’est bien le moins!) et on terminera sur une étude concernant le punk texan des années 70 (on voit ainsi un groupe comme The Picks illustrer sa pochette d’album avec une faucille et un marteau…..sans oublier Lénine, Staline et Mao en plus …Fallait oser! Enfin en quatrième de couverture des gardes rouges hilares, accordéon sur le torse et arborant un badge 69 (sans doute pour commémorer la révolution culturelle …à moins qu’il y ait une connotation  psychanalytique…)  vous  feront  l’article. Le n° 3 (droits réservés y compris pour l’Ouzbékistan) présente la compagnie Jolie môme, propose une entrevue avec le groupe The Adicts, continue d’explorer les tréfonds de Verminax, revient sur la chanson populaire « La java des bons enfants » de Guy Debord, fait le tour du monde du punk en 1989. Enfin les pervers post-situ dont je suis s’arrêteront sur l’article remarquable « kung-fu et praxis révolutionnaire » avec une relecture intéressante du fameux film La dialectique peut-elle casser des briques? de René Viénet (sorti à Paris salle des Grands-Augustins en mars 1973), sans parler de  La 36e chambre de Shaolin.Bref, de la vraie culture populaire entre Fantômas, Belphégor, le Mystère de la chambre jaune, de l’humour situ, de la provocation lettriste punko-dadaisante, le tout teinté de politique.. Pas encore abonné? Crime contre-révolutionnaire! Vous en aurez pour vos 5 € pour 90 pages surtout en période d’inflation… Ah si tous les médecins pouvaient s’abonner, que les attentes sembleraient moins longues! On ne regrette une chose: devoir attendre un semestre pour voir une nouveau numéro de Chéribibi! Prochain numéro vers l’automne 2008. [Chéribibi, commande sur site www.cheribibi.net , à noter qu’un abonnement « à vie » est disponible].
(www.dissidences.net)

Cheribibi est au fanzine, ce que The Clash est au punk … c’est-à-dire le meilleur qu’il ne soit jamais arrivé. Ce numéro date de 2008 et a un sommaire bien chargé. On retrouve dans ce numéro une interview des Addicts, de Rico Rodrigue, du responsable du label Tian An Men 89 Rcds que je recommande à tous (tant l’interview que le label). On retrouve aussi les habituelles chroniques de disques et livres. Il y a aussi un article sur le Kung-Fu. Comme à chaque fois, c’est hyper complet, agréable à lire et à feuilleter !
(musicismylive.skynetblogs.be) 

Le fanzine français ultime qui mélange avec brio culture rock et culture populaire… Des dossiers pas croyables, des interviews rondement menées par des gens qui indiscutablement s’y connaissent.
(www.fribourg-est-independant.org)

French readers you have to read (first find!) this cool and interesting mag about worldwide popular culture. B-movies, weird music (ska, oï…), trash and noire literature, revolution… Everything that we love here! Reminds me somewhere the french mag Cultures (old post) with a « political » point of view. Great work to be discovered! Subscribe, participate here: asso.onyva@gmail.com and check that!
(www.itsdeadlicious.com)

90 page magazine with very professional lay-out, tons of pics and cool stories (if you understand french language).
(www.copasetic.de)

Revue style « actuel » societale, underground, humour, bd, articles, musique, litterature, polar, sf, reggae, punk, varietoche, etc etc le tout bien mélangé : populaire
(priceminister.com)

La bannière de promotion de la sortie du Chéribibi n°9

Chéribibeat

Télécharger le lecteur Flash pour lire le jukebox.

Numéros parus

La couverture du ChériBibi n°1
La couverture du ChériBibi n°2
La couverture du ChériBibi n°3
La couverture du ChériBibi n°4
La couverture du ChériBibi n°5
La couverture du ChériBibi n°6
La couverture du ChériBibi n°7
La couverture du ChériBibi n°8
La couverture du ChériBibi n°9

Commentaires récents

Rester au jus

Chercher

Archives

La Trime Team

  • 8°6 Crew
  • Anteverso
  • APEIS
  • Boris Semeniako
  • Catch the Beat
  • Craoman
  • Dr Orlof
  • Envie de Lire
  • Fano Loco
  • Fatalitas !
  • Foxy Bronx
  • Front Line
  • Gil
  • Kontagion
  • La Choriza
  • La France de Toutenbas
  • La Pétroleuse
  • Les Ames d'Atala
  • Les Freskilleurs
  • London 69
  • Meantime
  • Mister Alban
  • Muller Fokker
  • Ne Pas Plier
  • Pizzattack Créations
  • Punk e Breizh
  • Punky Reggae Radio
  • Shîrîn
  • Tanxxx
  • Tanxxx Tumblr
  • Une Vie Pour Rien ?
  • World War 3 Illustrated

Contacts

Association ON Y VA
BP 17
94201 Ivry sur Seine cedex

ten.ibibirehc@tcatnoc ou moc.liamg@avyno.ossa

Connexion